jeudi 30 juin 2016

Notre paix intérieure ne dépend pas de l'extérieur .

Notre paix intérieure ne dépend pas de l'extérieur ni de la situation qui se propose .

Elle est vécue et goûtée ou non, selon la façon dont nous nous laissons traverser par l'expérience de vie qui se propose, si nous résistons ou pas à ce qui se propose .
Ce ne sont pas les faits qui provoquent en nous la paix, la joie, l'harmonie ou la tristesse, la colère .. c'est la façon avec laquelle nous nous positionnons par rapport à eux .

Notre positionnement est la résultante de croyances, les notres, personnelles, celles avec lesquelles notre personnalité s'est construite, celles du milieu dans lequel nous avons évolué, celles de la société dans laquelle nous baignons, celles de l'humanité que nous connaissons .
Les croyances sont des paramètres, des filtres qui nous font interpréter ce qui arrive .
Toute croyance non-remise en question devient certitude et peut rester consciente ou prendre racine dans l'inconscient .
Au fur et à mesure de notre chemin, nous agissons par rapport aux choses que nous tenons pour "vérité" .

Exemple d'une croyance : pour être heureux il faut être à deux .
Première phase, si je suis seul je ne vais pas l'être .
Mise en place, donc je cherche à tout mettre en place ou faire pour cet objectif qui me fait croire que je serais heureux quand je l'aurai atteint et que je ne remets plus en question .
Ce qui est intéressant c'est que la racine commune de quasiment toutes les croyances est que notre bonheur dépend de quelque chose d'extérieur sur lequel nous croyons avoir prise . Alors, nous courons, tel le lapin d'Alice .
Par rapport à cet exemple, juste regarder que oui, on peut être heureux à deux, mais aussi seul, et que l'on peut tout aussi bien être malheureux que l'on soit en couple ou pas . La croyance de départ n'est pas forcement remise en question, elle est trop ancrée .
On peut changer l'exemple par le matériel, l'abondance ou la pauvreté,  le physique :la santé, l'apparence ..

Fondamentalement, au niveau de l'unité, il n'y a aucun problème dans la façon dont nous vivons notre expérience de vie, les croyances que nous avons mis en paramètres plus ou moins consciemment, les façons dont nous nous limitons ou le potentiel auquel nous nous ouvrons .
Au niveau de la personnalité, du vécu et du ressenti, cela peut être subi, nous empêchant de goûter à la paix et à la joie de l'instant parce la croyance X est en train de me raconter que ça ne devrait pas être comme ça, parce que ... blablabla ...
La résistance qui en découle nous coupe de la source, de l'unité, de ce qui est .

On peut tout à fait être en paix avec les émotions et pensées qui passent et se vivent en réaction . Etre en paix, dans l'accueil de la vague, qu'elle soit joie ou colère, ou résister et créer un état inconfortable . Il n'y a qu'à regarder et méditer quelques instants sur la vie de Gandhi, Nelson Mandela entre autre .

S'ouvrir à ce qu'il y a de plus profond en nous, la paix de l'être ou rester en résistance avec les vagues de l'existence me semble être ce fameux choix du libre arbitre .

Belle journée à tous .

Marie

1 commentaire:

  1. pansements et vieux costumes..
    courir ,tel le lapin d'alice..
    C'est bien toi ,Marie.Merci.

    RépondreSupprimer